BENEZIT (GRÜND) Édition 2002
PACAUD Maurice
Peintre, graveur, décorateur.
Tendance expressionniste, surréaliste
.
À partir de thèmes dans lesquels l'homme est directement concerné, il développe une écriture colorée dont l'expressionnisme se teinte de surréalisme.



Très jeune, Maurice PACAUD manifeste des dispositions pour le dessin et la couleur, mais l'ambiance familiale est peu favorable à une carrière artistique et ses parents ont d'autres projets pour lui.

Alors la rupture intervient à Lyon où il interrompt ses études pour se consacrer uniquement à la peinture. Pour vivre, il crée d'abord des dessins de soierie qu'il vend aux soyeux lyonnais, fournisseurs de Haute Couture. Puis, pécule en poche, il "monte" à Paris où il fréquente les ateliers de la Grande Chaumière.

Commence alors, comme pour beaucoup d'artistes, la double vie de son oeuvre de peintre et des multiples activités alimentaires: illustration presse et édition, dessin publicitaire, etc. Parcours obstiné et solitaire où il approfondit sa technique picturale, découvre la gravure et commence à se faire connaître de quelques amateurs français et étrangers, à l'occasion de rares expositions.

Une nouvelle étape est entamée en 1989 avec l'installation de son atelier Faubourg St Martin et l'organisation de ses activités désormais consacrées uniquement à la peinture.

C'est là qu'il réalise les séries: l’ "Homme et l'Oiseau", les "Femmes", les "Masques", les "Toros" et le "Baiser".

Car, en effet, on peut remarquer que PACAUD peint la plupart du temps par thème, en utilisant, pour chacun, un langage approprié et sans hésiter à pratiquer des ruptures, quelquefois radicales, pour passer d'un thème à un autre.

C'est assez dire que l'évolution de cet oeuvre n'est pas linéaire au plan purement pictural, même si, au niveau des thèmes dans lesquels l'Homme est le sujet principal, on retrouve une relative constante.

Les années 2000 sont maintenant celles du Midi puisqu'il a quitté ses attaches parisiennes pour installer son atelier à Aix-en-Provence.

José Mauthière

Comme toujours avec Pacaud, on n’est pas dans la totale abstraction, pourtant on n’est pas non plus dans la figuration… Courbes douces, formes qui s’imbriquent, s’enlacent, s’entrecroisent et créent, un peu à la manière des maths dites modernes, des intersections et des unions… Toujours la même joie de vivre, le même humour tendre dans ses oeuvres contrastées et douces où la ligne tantôt semble conduire la forme, tantôt l’épouser. Même si l’artiste déclare que c’est le plus souvent le mouvement graphique qui s’impose à lui avant d’être réorchestré.

Christiane Courbon ( la Provence )

Maurice Pacaud se dit "peintre à sujet". Il entend que l’image peinte raconte une histoire, traduise un état d’âme, une ambiance, une situation. Aussi son oeuvre s’est-elle développée par séries thématiques successives: Les Douloureuses, les Révoltées, les Folles, les Veilleuses, l’Homme et l’Oiseau , les Masques, les Toros, le Baiser…
Il semble bien que la peinture ait dépassé son sujet (derrière lequel elle voulait se cacher timidement) pour s’épanouir pleinement et affirmer avec force la qualité intérieure qu’elle possédait déjà…malgré ses pudeurs narratives.

Pierre Souchaud (Artension)